samedi 22 juillet 2006

Un break salvateur


Voilà huit ans que mes beaux-parents partent en vacances à Porquerolles. Huit ans qu'ils ont la "Porquerollite" et qu'ils veulent nous faire découvrir cette île.
Jusqu'à présent nos agendas respectifs n'ont jamais pu s'accorder. Cette année nous avons enfin pu accepter leur invitation. Départ prévu lundi 17 juillet pour cinq jours.

5h40 de TGV jusque Toulon, 45 minutes de taxi jusqu'à la Pointe Fondue, 15 minutes de traversée en bateau et nous voilà arrivés sur cette fameuse île. Le quai est bordé de palmiers. De nombreux bateaux sont acostés de part et d'autres. Le ciel est bleu, le soleil tape.
Daniel et Françoise nous accueillent en tenue estivale. Ils nous déposent à l'hôtel Les Mèdes où ils nous on réservé une chambre. Ils nous proposent de les rejoindre un peu plus tard pour un apéro. Les vacances commencent bien ! ;-)

Une douche rapide et nous voilà partis à la découverte du petit village. Quelques minutes de ballade et nous sommes déjà sous le charme...
Je retrouve avec plaisir tous les signes de mes vacances d'enfant dans le sud : l'odeur des pins, le chant des cigales, la chaleur, la mer tout proche, les palmiers... On se sent immédiatement en vacances dans ces conditions !
L'atmosphère de Porquerolles nous détend en moins de temps qu'il en faut pour le dire. On se sent plus léger, comme si les "soucis" et liste de choses à faire étaient restés sur le continent. Nous devons penser à tellement de choses en ce moment que cela fait beaucoup de bien !

L'île est interdite aux voitures. Seuls quelques engins motorisés sont autorisés pour les locaux. Les piétons et cyclistes sont rois. Cela permet de se sentir encore plus dans un autre univers.
C'est aussi grâce à cela que l'île a gardé un côté très sauvage, à l'abri des signes trop forts de la civilisation moderne.

Les trois jours suivants nous avons emprunté quelques sentiers pour découvrir cette île et ses plages. La plus belle d'entre elles est sans aucun doute la plage Notre-Dame. Une allée bordée d'eucalyptus, de pins et de bambous nous y amène en une heure de marche. La plage est de toute beauté : le sable est blanc, l'eau transparente et le rivage est bordé de végétation. j'ai l'impression d'être sur une plage de Lost... Il fait entre 30 et 35°, l'eau est à 28. C'est un bonheur de lézarder au soleil !
Cette plage est d'autant plus agréable qu'elle est peu fréquentée. La plupart des touristes doivent être rebutés par l'heure de marche.






La beauté de Porquerolles rend contemplatif. Je ne cesse de regarder tout ce qui m'entoure. La végétation est impressionnante. J'ai parfois l'impression d'être à côté d'une jungle quand je me promène, mais une jungle complètement sèche... Il n'a pas dû pleuvoir depuis des lustres ici. Avec du mistral, un incendie ferait disparaître Porquerolles en quarante-cinq minutes dit-on.
La nuit, le ciel dévoile toutes ses étoiles. La pollution lumineuse est faible ici et cela nous permet de découvrir énormément d'étoiles. Magnifique ! Je n'avais pas vu un tel ciel depuis mon séjour dans un chalet quelque part au Québec il y a trois ans.

Malheureusement les bonnes choses ont une fin. Vendredi est le jour de notre retour :(
Nous nous levons tôt pour profiter une dernière fois de la plage. Nous repartons tous les quatre par le bateau de 11h30. Nous déjeunons à la Pointe Fondue. Dernier resto avant de rentrer.

Greg et Anne-Sophie qui étaient dans le coin nous rejoignent pour nous saluer avant notre départ. Même si nous les voyions rarement aujourd'hui, cet "au revoir" nous serre d'autant plus le coeur qu'ils seront parents en novembre...

Le retour nous a paru très long. Ces cinq jours de vacances nous ont fait beaucoup de bien. Nous rentrons d'attaque pour notre dernière semaine lilloise qui s'annonce plus que chargée !!!

1 commentaire:

Olivier de Montréal a dit…

Chouette, des photos! :-)