jeudi 29 mars 2007

Diplômes

Hier je suis enfin passée à la poste chercher ce mystérieux courrier qui m'attendait depuis quelques jours. Et là, surprise : une lettre du MICC (ministère de l'immigration et des communautés culturelles). Pas possible, mon équivalence de diplômes ???
(J'ai déposé une demande d'équivalence de mes diplômes français au Québec il y a bientôt 5 mois, lors de ma première journée de travail. Je n'y croyais plus !)

J'ouvre fébrilement mon enveloppe dans la boutique en disant très vite (intérieurement) : pourvu que j'ai l'équivalent du BAC, pourvu que j'ai l'équivalent du BAC...

Suspense...

OUI !
et OUF de soulagement... :)

Ici le BAC est le diplôme reçu à la fin des études universitaires de premier cycle (3 ans), soit une licence pour la France (pour toutes les équivalences de diplômes, c'est ici). J'avais peur de ne pas recevoir l'équivalence du BAC car j'ai fait ma licence et ma maîtrise dans une école privée en France. Cette école n'est pas aussi connue que les grandes universités françaises... et même si elle est reconnue par l'Etat, je ne pouvais m'empêcher de penser que cela ne serait pas simple. Bref.
J'avais raison de m'inquiéter en déposant mon dossier car le MICC a enquêté auprès de mon école et a fait des recherches. J'ai donc mis un temps fou à recevoir mon équivalence de diplôme : ce qui devait prendre 1 mois en a pris presque 5 ! (Je vous épargne toutes mes galères pour essayer de savoir quand j'allais obtenir cette fameuse équivalence). Heureusement que mon employeur n'a finalement pas attendu ce bout de papier pour m'embaucher en poste permanent...

J'ai également reçu un autre genre de "diplôme" cette même journée. De lundi à mercredi, j'ai suivi une formation de gestion de projet. Nous étions 12 de différentes compagnies. C'était vraiment intéressant et amusant de se retrouver à suivre un cours. A la fin, le formateur nous a donné un beau certificat.

Hier c'était donc la journée des "diplômes", des bouts de papier qui peuvent changer bien des choses...

4 commentaires:

vané a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Alice a dit…

Bravo Valérie !!
Te voilà bachelière québécoise désormais...

A ce propos, crois-tu qu'il soit pertinent de faire faire une équivalence de son diplôme du bac (français) si l'on n'a pas de diplôme universitaire à faire valoir ?....

val a dit…

Alice : je ne pense pas qu'une équivalence de diplôme de BAC français puisse t'être utile (mais je ne suis pas une experte dans le domaine).
Personnellement j'ai attendu d'avoir la demande de mon employeur pour faire cette démarche car les équivalences sont rarement demandées (sauf dans les grosses organisations). Je travaille dans une grande banque où il est nécessaire d'avoir certains diplômes pour obtenir certains postes... d'où la demande d'équivalence.

Mata a dit…

Petits bouts de papier mais indispensable désormais pour qui veut construire son avenir et peut importe où dans le monde.

Bravo Valérie